cage


cage

cage [ kaʒ ] n. f.
• 1155; lat. cavea, de cavus « creux »
I
1Loge garnie de barreaux servant à enfermer des animaux sauvages. Les cages d'une ménagerie, d'un cirque. Le dompteur entre dans la cage des lions, aux lions. Tourner comme un ours en cage. Enfermer un prisonnier dans une cage de fer. encager.
2Petite loge garnie de minces barreaux et dans laquelle on enferme des oiseaux ( volière), des petits rongeurs domestiques. Mettre un oiseau en cage. Le perchoir, le juchoir d'une cage. Cages pour la volaille. 1. épinette, nichoir. Fig. Cage à poules : logement exigu.
Par anal. Cage à lapin ( clapier, lapinière) , à écureuil ( tournette) . Fig. Une cage à lapin. Piscic. Récipient à claire-voie; nasse; grillage fermant la bonde d'un étang.
3Fig. Prison. Être en cage.
4Au football, But délimité par le filet.
IIPar ext. (dans des loc.)
1Espace clos servant à enfermer, à limiter qqch. Techn. La cage d'une maison : les gros murs. La cage d'une mine. Cage d'extraction : benne servant à monter le minerai, les mineurs. La cage d'une pendule, d'une montre. boîte, boîtier. Bâti, carter (d'un mécanisme). La cage d'un laminoir. Cage de boîte d'essieu (sur une locomotive).
Sc. CAGE DE F ARADAY : enceinte servant à intercepter les phénomènes électrostatiques.
Mar. CAGE D'HÉLICE : espace clos dans lequel tourne le propulseur.
2Cour. CAGE D'ESCALIER, D'ASCENSEUR : l'espace où est placé l'escalier, où fonctionne l'ascenseur.
3(1856) CAGE THORACIQUE : ensemble formé par les vertèbres, les côtes, le sternum et le diaphragme.

Cage carcasse métallique, de forme parallélépipédique, suspendue à un câble d'extraction dans un puits ou dans un bure, dans laquelle prennent place les berlines ou le personnel.

cage
n. f.
rI./r Loge garnie de grillage ou de barreaux où l'on enferme des oiseaux, des animaux sauvages. Cage à perroquets. La cage aux lions d'une ménagerie.
(Acadie) Cage à homards: piège qu'on place au fond de l'eau pour attraper les homards, fait d'une structure de bois à claire-voie fermée par un filet comportant une ouverture.
|| Fig. Prison.
rII./r
d1./d CONSTR La cage d'une maison, ses murs extérieurs.
|| Espace à l'intérieur duquel se trouve un escalier, un ascenseur.
d2./d Pièce, ensemble de pièces qui entourent certains mécanismes.
|| HORL Cage d'une horloge, d'une montre, contenant les rouages.
|| TECH Bâti. Cage de laminoir.
|| MAR Cage d'hélice: évidement pratiqué à l'arrière d'un navire pour permettre à l'hélice d'effectuer sa rotation.
d3./d ELECTR Cage d'écureuil: rotor d'un moteur, entraîné par induction sous l'action d'un champ tournant et constitué de conducteurs disposés suivant les génératrices d'un cylindre.
d4./d MINES Cage, cage d'extraction, reliée par câbles à la machine d'extraction, et destinée à faire monter et descendre les berlines.
d5./d Cage thoracique: thorax.
————————
cage
(John) (1912 - 1992) compositeur américain. élève de Schönberg, inventeur du "piano préparé" (insertion d'objets divers entre les cordes), il fut un pionnier de la musique aléatoire.

⇒CAGE, subst. fém.
I.— Espace clos servant à enfermer des êtres vivants. Cage de fer, de/en bois; la porte, les barreaux d'une cage; mettre en cage, être enfermé dans une cage.
P. compar. :
1. Il y a, paraît-il, dans la province, des boutiquières dont la cervelle enferme comme une cage étroite des désirs de chic ardents comme des fauves.
PROUST, Les Plaisirs et les jours, 1896, p. 77.
P. métaph. Des êtres dont les âmes volaient déjà loin de leurs cages charnelles (HUYSMANS, La Cathédrale, 1898, p. 185).
A.— [Enferme des animaux]
1. Habitacle généralement fixe, de grandes dimensions, muni de barreaux, dans lequel on enferme de gros animaux, en particulier des fauves. Bête, fauve en cage; voiture-cage :
2. Un de ses plaisirs favoris [de M. Sixte] consistait dans de longues séances devant les cages des singes et la loge de l'éléphant.
P. BOURGET, Le Disciple, 1889, p. 20.
P. métaph. :
3. La famille! Thérèse laissa éteindre sa cigarette; l'œil fixe, elle regardait cette cage aux barreaux innombrables et vivants, cette cage tapissée d'oreilles et d'yeux, où, immobile, accroupie, le menton aux genoux, les bras entourant ses jambes, elle attendrait de mourir.
MAURIAC, Thérèse Desqueyroux, 1927, p. 204.
En partic., CIRQUE, vx. Cage-théâtre. Petite cage utilisée pour présenter des fauves sous le chapiteau. Les dompteurs les présentaient [les fauves] dressés dans de petites cages-théâtres installées au milieu de la piste (Hist. des spectacles, 1965, p. 1529). Voiture-cage. Voiture aménagée pour le transport et éventuellement l'exposition des fauves captifs. Dès l'arrivée du cirque (...) les voitures-cages des fauves sont alignées et les volets en sont abaissés (Hist. des spectacles, 1965 p. 1528).
2. Habitacle portatif, à claire-voie, pouvant affecter des formes variées, dans lequel on enferme des oiseaux ou de petits animaux :
4. Peindre d'abord une cage
Avec une porte ouverte
Peindre ensuite
Quelque chose de joli
Quelque chose de simple
Quelque chose de beau
Quelque chose d'utile...
Pour l'oiseau.
PRÉVERT, Paroles, 1946, p. 184.
SYNT. Cage d'osier; cage à lapins, à mouches, à oiseau(x), à poules, à poulets; oiseau(x) de cage; oiseau(x) en cage.
Proverbes. La belle cage ne nourrit pas l'oiseau. Il vaut mieux être oiseau de campagne qu'oiseau de cage.
Rem. Attesté dans la plupart des dict. généraux.
a) En partic.
Cage d'écureuil. Cage cylindrique tournant autour d'un axe lorsque l'animal se met en mouvement :
5. Follement, il [l'écureuil] fait tourner cette roue. Elle s'emballe, l'axe tressaute. Un vertige paraît emporter la cage... L'écureuil est resté à la même place : il n'avance ni ne recule, il ne produit rien, il ne veut rien, il agit...
ESTAUNIÉ, L'Empreinte, 1896, p. 319.
P. métaph. :
6. Pour soulever les matériaux, ils [les architectes] employaient la grue à cage d'écureuil. Celle-ci (...) était munie d'une grande roue en bois à l'intérieur de laquelle plusieurs hommes grimpaient comme aux barreaux d'une échelle, ce qui entraînait la roue et permettait de lever la charge avec des cordages.
R.-M. LAMBERTIE, L'Industr. de la pierre et du marbre, 1962, p. 78.
Rem. Pour le sens techn., cf. infra II.
MAR., vx. Cage de bord, cage à poulets (cf. supra I A 2), cage aux volailles. Coffre à claire-voie dans lequel on gardait la volaille vivante à bord d'un navire. On entendait de dessous l'avant du navire glousser une poule dans la cage aux volailles (FLAUBERT, Correspondance, 1850, p. 222).
P. plaisant., péj., fam. Vieux bateau :
7. Je regardais les tôles de la coque ... les rivets sont bouffés, il faudrait pas une grande secousse pour envoyer au fond la vieille cage à poules!
P. VIALAR, La Rose de la mer, 1939, p. 83.
CHASSE. Cage-attrape. Cage à oiseau munie d'un piège. La cage-attrape. On arrive à y prendre parfois l'épervier (PESQUIDOUX, Chez nous, 1923, p. 189).
PSYCHOL. ANIMALE. Cage truquée, p. ell. cage. Appareil expérimental pour l'étude du comportement animal (cf. Hist. de la sc., 1957, p. 1682).
b) P. ext., PÊCHE. Coffre à claire-voie permettant de garder le poisson vivant dans l'eau. Nasse en forme de cage à poulets qu'on jette sur le poisson pour le capturer. Grillage ou barrière qui, adapté à la bonde d'un étang, empêche le poisson de s'échapper.
B.— [Enferme des pers.] Cage de fer, cage. Loge à claire-voie, souvent exiguë, utilisée à différentes époques pour enfermer ou supplicier des prisonniers, notamment politiques. Je pense souvent aux gens qui ont passé des années dans les cages de fer des prisons, au moyen-âge (ARAGON, Les Beaux-quartiers, 1936, p. 478).
Arg. des prisons. Cage, cage à poule. Cellule de prison, prison; chambrée d'un camp de prisonniers. Être en cage, mettre en cage :
8. — Général, dit-il [à Crosne] sans préambule, le maton de veille a flanqué un rapport à Jourin : il beuglait dans sa cage à poule le Chant des partisans.
H. BAZIN, Le Bureau des mariages, 1951, p. 106.
II.— P. anal. Espace clos où se tient ou se meut quelqu'un ou quelque chose.
A.— 1. [Contient des pers.]
a) Domaine de l'habitat, des transp.
Petite loge vitrée ou grillagée, généralement munie d'un guichet, où ne se tient qu'une seule personne. Cage de verre, cage vitrée; cage de la standardiste. Tout en mordant dans son déjeuner, il s'approcha de la cage de l'employé du P.M.U. (QUENEAU, Pierrot mon ami, 1942, p. 59).
Vieilli. Cage d'ascenseur. ,,Appareil en forme de cage où s'introduisent les personnes qui se servent de l'ascenseur pour gagner tel ou tel étage d'une maison ou d'un édifice`` (Ac. 1932). Synon. cabine d'ascenseur :
9. Il [le liftier] n'était pas d'ailleurs sans ambition, ni talent non plus pour manipuler sa cage et ne pas vous arrêter entre deux étages.
PROUST, Sodome et Gomorrhe, 1922, p. 791.
Rem. Pour le sens en archit., cf. infra.
Fam., emploi métaph. de I A 2. Cage à lapins. Habitation exiguë (cf. AYMÉ, Clérambard, 1950, p. 192). Cage à fourches (vx). Voiture à cheval utilisée autrefois pour le transport en commun dans les villes (cf. HOGIER-GRISON, Les Hommes de proie, Le Monde où l'on vole, 1887, p. 295). Cage à poules. Avion de la première guerre mondiale (ROB., QUILLET 1965, Lar. Lang. fr.).
SP. Cadre de bois, généralement muni d'un filet, délimitant les buts dans certains sports d'équipe. Tobia clôturera la marque (...) lobant Weinstuck (...) il marquera dans la cage vide (Écho Sports, 10 févr. 1941).
ARCHITECTURE
Cage d'un édifice, d'une maison. Ensemble des murs extérieurs qui en déterminent la forme.
Rem. Attesté dans la plupart des dict. généraux.
Cage d'escalier, de l'escalier. Espace cloisonné dans lequel est enfermé un escalier :
10. Gérard ouvrit la porte doucement et regarda avec précaution par la cage de l'escalier en spirale, qui permettait de suivre, malgré un jour douteux, les démarches d'une personne qui monterait au premier étage; ...
CHAMPFLEURY, Les Aventures de Mlle Mariette, 1853, p. 264.
Cage d'ascenseur, de l'ascenseur. Emplacement qui enferme les organes et la machinerie d'un ascenseur.
AMEUBL. Lit-cage. Cf. lit.
b) Domaine de l'industr., MINES. Cage d'extraction. Benne à déplacement vertical servant au transport du personnel et des berlines de minerai dans un puits de mine. Un accident arrivé à la cage d'extraction (...) allait arrêter le travail pendant un grand quart d'heure (ZOLA, Germinal, 1885, p. 1137).
2. P. métaph. ANAT. [Contient des organes] Cage thoracique. Partie du squelette formée par les vertèbres dorsales, les côtes, les cartilages costaux et le sternum contenant les poumons, le cœur, le diaphragme ainsi qu'une partie des organes abdominaux.
B.— [Contient des choses]
1. [En tant qu'enveloppe de protection ou d'isolation] Cage d'un compteur, d'un moteur, d'une pendule.
Rare. Cage à pain. Huche à pain à claire-voie. Le chanteau de pain (...) recouvert d'une cage à pain en osier (NERVAL, Le Marquis de Fayolle, 1855, p. 92).
CHIM., PHYS. Cage de verre. Abri de verre, généralement étanche, utilisé dans certaines expériences pour empêcher l'influence d'agents extérieurs (cf. M. PRIVAT DE GARILHE, Les Acides nucléiques, 1963, p. 44).
ÉLECTRICITÉ
Cage d'écureuil. ,,Dispositif comportant un conducteur par encoche, les extrémités de tous les conducteurs étant réunies de chaque côté par des anneaux métalliques qui les ferment en court-circuit`` (BARB.-CAD. 1971).
Cage de Faraday. Dispositif à paroi conductrice permettant d'isoler électriquement les corps placés en son intérieur (d'apr. UV.-CHAPMAN 1956) (cf. M. DE BROGLIE, Les Rayons X, 1922, p. 135).
MAR. Cage d'hélice. ,,Cadre formé par l'étambot avant, l'étambot arrière, la quille et le sommier`` (SOÉ-DUP. 1906).
MÉCAN. Boîtier qui entoure certaines parties d'un mécanisme. Cage du différentiel, cage de la bielle, cage des coussinets de bielle, cage d'un roulement à bille. Cf. carter.
2. [La cage est une armature à claire-voie]
a) Spéc., HABILL. FÉM. Armature rigide portée autrefois par les femmes pour faire bouffer les robes, les jupes. Cf. crinoline, panier. Jenny n'osait pas mettre la « cage » (...) elle la remplaçait par des jupons amidonnés (GYP, Souvenirs d'une petite fille, 1928, p. 116). INDUSTR. ALIM. Cage filtrante. Accessoire d'une presse à huile à paroi ajourée servant à séparer l'huile du tourteau. Presse à cage (cf. G. BRUNERIE, Les Industr. alim., 1949, p. 46).
b) [En tant qu'armature servant de support à un mécanisme ou à une machine]
ARCHIT. Cage d'un clocher, cage des (aux) cloches. Assemblage de charpente d'un clocher et, éventuellement, espace compris entre les murs qui le supportent.
Rem. On rencontre dans la docum. cage de la sonnerie (HUGO, Notre-Dame de Paris, 1832, p. 301). Cage des heures (HUGO, Les Travailleurs de la mer, 1866, p. 290).
Cage d'un moulin à vent. Assemblage de charpente à jour qui forme le corps d'un moulin à vent.
Rem. Attesté dans la plupart des dict. du XIXe s. ainsi que dans Lar. 20e et Ac. 1932.
HORLOG. Bâti d'horloge ou de montre servant à maintenir les organes du mouvement. Cage à ponts, cage à platines (cf. E. von BASSERMANN-JORDAN, Montres, horloges et pendules, 1964, p. 193).
MÉTALL. Cage de laminoir. ,,Ensemble des cylindres d'un laminoir et de la monture qui porte les coussinets sur lesquels reposent les tourillons des cylindres`` (BADER-TH. 1962).
PRONONC. :[]. Enq. ://.
ÉTYMOL. ET HIST. — 1. Espace clos généralement à claire-voie, servant à enfermer des êtres vivants a) 1160-74 « loge portative pour les animaux » (WACE, Chronique ascendante, 38 dans GDF. Compl.); 1611 proverbe ,,Mieux vault estre oiseau de bois que de cage`` (COTGR.); b) p. anal. av. 1317 « loge garnie de barreaux servant de prison » (JOINVILLE, 278 dans LITTRÉ); 2. p. ext. Espace clos servant à enfermer ou limiter qqc. a) 1419 « treillis dans lequel un orfèvre étale sa marchandise » (G. FAGNIEZ, Documents relatifs à l'Histoire de l'industrie et du commerce, Paris, 1900, t. 2, p. 213); b) 1676 (FÉLIBIEN, Principes de l'architecture, Paris, p. 508 : L'on dit la cage d'un Escalier [...] On dit aussi la Cage ou l'enceinte d'un bastiment); c) 1690 horlog. (FUR.).
Du lat. cavea « enceinte où sont enfermés des animaux » attesté dep. Plaute dans TLL s.v., 628, 41 au sens de « prison », emploi fig. (Sénèque, ibid., 629, 26). Pour le maintien de k- initial, v. FOUCHÉ, p. 556 et MEYER-L. t. 1, § 229.
STAT. — Fréq. abs. littér. :1 423. Fréq. rel. littér. : XIXe s. : a) 1 240, b) 2 460; XXe s. : a) 2 806, b) 1 986.
DÉR. 1. Cagée, subst. fém. Ensemble des oiseaux d'une cage. Vendre la cage et la cagée (Ac. Compl. 1842). Attesté dans la plupart des dict. P. métaph. En 1822 j'avais vu passer à Vérone des cagées de carbonari accompagnés de gendarmes (CHATEAUBRIAND, Mémoires d'Outre-Tombe, t. 4, 1848, p. 481). []. 1res attest. a) fin XVIe s. « contenu d'une cage » (DESPARRON, Fauconnerie, I, 15 dans GDF. Compl.); b) 1848 « voiture pleine de prisonniers », supra; dér. de cage, suff. -ée. Fréq. abs. littér. : 1. 2. Caget, subst. masc. Claie en jonc, paille ou bois sur laquelle on dispose certains fromages (brie, camembert) pour les faire égoutter et fermenter. Les cajets employés [dans la fabrication du fromage blanc] sont des cercles en bois dont le fond est tressé avec des brins d'osier (A. F. POURIAU, La Laiterie, 1895, p. 553). On écrit caget, cajet. Autre forme cajereau. 1res attest. 1895 cajet, supra; 1922 caget (Lar. univ.); dér. de cage, suff. -et. 3. Cagette, subst. fém. a) Petite cage. Deux inséparables dans une autre cagette en forme de chalet restaient bien tranquilles, côte à côte sur leur bâton (MAUPASSANT, Contes et nouvelles, La Reine Hortense, t. 2, 1883, p. 831). Spéc., vx. Trébuchet. Attesté dans la plupart des dict. du XIXe s. ainsi que dans Lar. 20e et QUILLET 1965. b) P. anal. Emballage à claire-voie, généralement en bois blanc, servant au transport de fleurs, de fruits ou de légumes. Cf. cageot. Les peupleraies alimentent les usines d'emballages (cagettes à légumes et boîtes à fromage) (La Forêt fr., 1955, p. 36). []. 1res attest. 1321 « petite cage » (Inventar. Guid. de Kaours mag. monet. ex Reg. A. 2. Cam. Comput. Paris, f° 12 v° dans DU CANGE, s.v. cagia 2) — XVIe s. dans HUG., à nouv. dep. Ac. Compl. 1842 au sens de « trébuchet » [cage, piège pour prendre les oiseaux]; 1928 « panier d'osier servant à l'emballage » (Lar. 20e); dér. de cage, suff. -ette. Fréq. abs. littér. : 1.
BBG. — BRÜCH 1913, p. 30. — DELAMAIRE (J.). Meuniers et moulins à vent. Vie Lang. 1970, p. 629. — GOUG. Lang. pop. 1929, p. 3. — QUEM. 2e s. t. 2 1971, p. 9. — SAIN. Sources t. 2 1972 [1925], p. 191. — Termes techn. fr. Paris, 1972, p. 10.

cage [kaʒ] n. f.
ÉTYM. V. 1160; du lat. cavea « enceinte où sont enfermés des animaux », de cavus « creux ».
———
I Espace clos, généralement à claire-voie, servant à tenir enfermés des animaux vivants.
1 Loge garnie de barreaux servant à enfermer ou à transporter des animaux sauvages ou des hommes. || La cage d'un lion, d'un tigre. Ménagerie. || Les cages d'un cirque. || Le dompteur entre dans la cage. || Cage de fer, de bois, en bois. || Voiture-cage, destinée au transport, parfois à l'exposition, des fauves.En cage : enfermé dans une cage. || Un ours en cage. — ☑ Fig. Être, tourner comme un ours, un fauve en cage : montrer manifestement son impatience.Enfermer un homme dans une cage de fer.
1 Il (le Cardinal La Balue) fut enfermé dans une de ces cages de fer qu'on employait en Italie et dont il avait lui-même recommandé l'emploi.
J. Bainville, Hist. de France, VII.
2 Mourlan fit deux ou trois fois son tour de fauve en cage (…)
Martin du Gard, les Thibault, t. VII, p. 144.
2.1 Il y a seulement dans la pièce, en dehors de la table et des chaises, une cage de fer du genre cage à fauve, cubique, d'un mètre cinquante de côté environ, dont les barreaux espacés d'une dizaine de centimètres (…)
A. Robbe-Grillet, Projet pour une révolution à New York, p. 149.
2 Petite enceinte garnie de barreaux et dans laquelle on enferme des oiseaux. || Acheter une cage à oiseaux. || Mettre un oiseau dans une cage, en cage. || Le perchoir, le juchoir d'une cage. || Grande cage où l'on élève des oiseaux. Oisellerie, volière. || Cage destinée à attraper les oiseaux. Chanterelle, mésangette. || L'oiseau s'est échappé de sa cage.
3 Et, dans des cages pendues aux branches, il y a des pinsons, des merles, des linots, spécialement chargés de la musique (…)
Loti, les Désenchantées, XIII, p. 104.
4 Il y avait en face de moi, une cage accrochée au mur par un clou doré, et dorée elle-même, mais d'un vieil or éteint, une cage de luxe en forme de pagode, dans laquelle, empaillé sur son perchoir, on voyait un oiseau.
H. Bosco, Un rameau de la nuit, p. 99.
Prov. Mieux vaut être oiseau de campagne qu'oiseau de cage.
La belle cage ne nourrit pas l'oiseau : une demeure luxueuse ne remplace pas le nécessaire.
Cage servant à enfermer des oiseaux de basse-cour. Épinette, mue, nichoir; poule (cage à poules).Vx. || Cage à volailles, aux volailles (sur un bateau).
4.1 Nous étions dans la rade, le bateau allait à demi-vapeur. Tout le monde se taisait; on entendait de-dessous l'avant du navire glousser une poule dans la cage aux volailles, et au haut du mât la lanterne qui crépitait dans l'humidité de la nuit.
Flaubert, Correspondance, t. II, p. 222 (1850).
(1833). Mod. || Cage à poules.
4.2 En arrivant au Sénégal, on leur apprendra à venir comme des imbéciles attaquer la nuit un brick de guerre, où ils croyaient ne trouver que trois hommes de quart endormis sur les cages à poules.
Éd. Corbière, la Mer et les Marins, 1833, in D. D. L., II, 13.
Fig. Cage à poules : avion biplan, en 1914.Fam. et péj. Mod. Logement étroit et sordide.
Par anal. || Cage d'écureuil. Tournette (au fig. → ci-dessous, II., 3.). — ☑ Cage à lapins. Lapinière. Fig. Se dit d'un logement exigu, ou de logements d'aspect uniforme. → Cabane à lapins.
Pisciculture. Récipient à claire-voie pour garder les poissons.Sorte de grillage adapté à la bonde d'un étang, et servant à empêcher les poissons de s'échapper.
Pêche. Nasse qu'on jette sur les poissons pour s'en emparer.
3 Par métaphore. Lieu où qqn est enfermé. Geôle, prison. || Mettre qqn en cage, l'enfermer. || Être en cage : être en prison.
4.3 De qui qu'elle me cause ? Devinez ? Du Pierrot !… Pierrot les Petits-Bras ! Il vient de tomber ! Trois ans de cage ! (…) En boîte à Dartmoor.
Céline, Guignol's band, p. 61.
Cellule fermée par des grilles, dans laquelle sont enfermés les détenus dans les commissariats. || « C'est à ce moment que les C. R. S. sont arrivés. — Les flics m'ont embarqué. Je me suis retrouvé dans la cage » (l'Express, 19 déc. 1977).REM. On emploie aussi cage à poules dans ce sens.
4.4 Je m'étends sur le banc, une ampoule dans l'œil comme d'habitude, et le souffle aigu du vasistas le long du cou. Au matin, j'aurai la mine figée des lendemains de cage.
Antoine Blondin, Monsieur Jadis, 1970, p. 21.
Loc. L'oiseau est sorti de la cage : le prisonnier s'est évadé; la personne que l'on cherchait n'est pas là.
4 Fig., littér. Chaîne, lien, servitude.
5 Le vers est toujours un peu la cage de la pensée.
J. Renard, Journal, 26 janv. 1898.
6 Est-ce que je suis encore libre ? (…) Je suis dans une cage sans barreaux (…)
Sartre, l'Âge de raison, VIII, p. 120 (→ Barreau, cit. 5).
Pièce exiguë. Cagibi (fam.). || La cage d'un concierge. Loge. || La cage d'un huissier.
Petite loge vitrée ou à guichet dans laquelle se tient un employé. || Cage de verre. || La cage de la standardiste.
5 Sports (football, handball, hockey, etc.). Les buts, formés de deux poteaux reliés par une traverse et d'une armature métallique, placée derrière, qui soutient un filet.
7 Le premier tir de la finale passa à trois mètres de la cage de Sariéloubal.
René Fallet, le Triporteur, p. 368.
Athlétisme. Endroit, espace grillagé d'où on lance le marteau.
———
II
1 Espace clos servant à enfermer, à limiter qqch.Techn. || La cage d'une maison, les gros murs. || La cage d'une mine. || Cage de descente. || Cage d'extraction : la benne servant à monter le minerai.
8 (Étienne) regardait en l'air filer les câbles qui passaient sur les molettes pour descendre à pic dans le puits s'attacher aux cages d'extraction (…) Et c'était dans les berlines vides que s'empilaient les ouvriers (…) Puis (…) la cage plongeait silencieuse, tombait comme une pierre (…)
Zola, Germinal, t. I, p. 26-27.
tableau Noms d'appareils.
Absolt. || La cage (→ cit. 8 supra).
Cage à eau : la benne servant à enlever les eaux d'infiltration.
La cage d'une pendule, d'une montre. Boîte, boîtier.
2 Sc. et techn. Assemblage de supports enfermant une partie d'une machine, un élément mécanique. || Cage de roulements à bille. || La cage du différentiel. || Cage d'un laminoir. || Cage de boîte d'essieu (sur une locomotive).
Mar. || Cage d'hélice : espace clos dans lequel tourne le propulseur.
3 Sc. || Cage de Faraday : enceinte servant à intercepter les phénomènes électrostatiques.
Électr. || Cage d'écureuil : « Dispositif comportant un conducteur par encoche, les extrémités de tous les conducteurs étant réunies de chaque côté par des anneaux métalliques qui les ferment en court-circuit » (Barbier-Cardiergues, Dict. technique du bâtiment et des travaux publics, 1971).
4 Cour. || Cage d'escalier : l'espace où est placé l'escalier.
9 Ce soir-là, il serait certainement entré dans sa chambre (celle de Claire), s'il n'avait aperçu, à l'étage supérieur, la petite face blanche de mademoiselle Saget, penchée sur la rampe. Il passa, et il n'avait pas descendu dix marches, que la porte de Claire, violemment refermée derrière son dos, ébranla toute la cage de l'escalier.
Zola, le Ventre de Paris, t. I, p. 211.
Cage d'ascenseur : l'espace où se déplace la cabine d'un ascenseur. || « À chaque station deux ascenseurs de forme demi-circulaire, de 7 m 50 de diamètre, se meuvent dans la même cage » (Année sc. et industr., 1891, p. 228).
10 (…) lorsqu'un remous (…) le plaqua contre la cage de l'ascenseur entourant la fosse graisseuse et vide (soit que la mécanique fût en panne, soit qu'on eût bloqué une fois pour toutes la cabine aux étages supérieurs).
Claude Simon, le Palace, p. 161.
Techn. || La cage (de charpente) d'un clocherCage d'un moulin à vent, assemblage de charpente
11 En effet, on avait le grain, mais non la farine, et l'installation d'un moulin fut nécessaire (…)
On se mit donc à l'œuvre en choisissant des bois de charpente pour la cage et le mécanisme du moulin.
J. Verne, l'Île mystérieuse, 1874, p. 533.
5 (1856). Anat. et cour. || Cage thoracique : ensemble formé par les vertèbres, les côtes, le sternum et le diaphragme. || Ampliation de la cage thoracique, au cours des mouvements respiratoires.
6 Psychol. || Cage sonore : situation expérimentale destinée à déterminer les degrés de précision dans la localisation spatiale du son chez un sujet.
DÉR. Cagée, cageot, cagerotte, caget, cagette.
COMP. Encager.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • cage — cage …   Dictionnaire des rimes

  • Cage — may refer to:Fiction* Cage (film) , a 1989 film starring Lou Ferrigno * , an episode of Law Order: Special Victims Unit * John Cage (character), a fictional character in the television show Ally McBeal * Johnny Cage, a fictional character from… …   Wikipedia

  • CAGE (J.) — Du compositeur américain John Cage, on peut dire d’ores et déjà qu’il a été l’un des musiciens les plus importants de la seconde moitié du XXe siècle – bien qu’ayant été, et sans doute parce qu’étant le plus contesté. Il n’est certes plus à la… …   Encyclopédie Universelle

  • CAGE — ist der Familienname folgender Personen: Buddy Cage (* 1946), US amerikanischer Musiker Dan Cage (* 1985), US amerikanischer Basketballspieler David Cage (* 1969), französischer Musiker und Videospielentwickler John Cage (1912–1992), US… …   Deutsch Wikipedia

  • Cage — ist der Familienname folgender Personen: Buddy Cage (* 1946), US amerikanischer Musiker Dan Cage (* 1985), US amerikanischer Basketballspieler David Cage (* 1969), französischer Musiker und Videospielentwickler Harry Cage (1795–1858), US… …   Deutsch Wikipedia

  • Cage — Cage, n. [F. cage, fr. L. cavea cavity, cage, fr. cavus hollow. Cf. {Cave}, n., {Cajole}, {Gabion}.] [1913 Webster] 1. A box or inclosure, wholly or partly of openwork, in wood or metal, used for confining birds or other animals. [1913 Webster]… …   The Collaborative International Dictionary of English

  • cage — CAGE. s. f. Petite logette de bastons d osier ou de fil de fer, pour mettre des oiseaux. Mettre un oiseau dans sa cage. cage d osier, de fer, de fil d archal, grande cage. belle cage. On dit fig. Mettre un homme en cage, pour dire, Le mettre en… …   Dictionnaire de l'Académie française

  • cage — Cage, f. penac. Est cette loge à mettre les oiseaux, bastie d osier et de petits traversins de bois, ou de fil d archal passé à travers tels traversins. Cauea. Le Languedoc et l Italien approchent bien plus ce mot Latin, disant l un Gabie, et l… …   Thresor de la langue françoyse

  • cage — [kāj] n. [ME & OFr < L cavea, hollow place, cage < cavus, hollow: see CAVE] 1. a box or enclosed structure made of wires, bars, etc., for confining birds or animals 2. a fenced in area as for confining prisoners of war 3. any openwork… …   English World dictionary

  • Cage — (k[=a]j), v. i. [imp. & p. p. {Caged} (k[=a]jd); p. pr. & vb. n. {Caging}.] To confine in, or as in, a cage; to shut up or confine. Caged and starved to death. Cowper. [1913 Webster] …   The Collaborative International Dictionary of English


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.